Le blog de Nicolas Anquetil


L'accessibilité des programmes audiovisuels pour les sourds et les malentendants
Programmes traduits / ou en LSF

Date : août 2011. Attention cette page est une archive, son contenu n'est plus actualisé.

En France, actuellement, il n'existe pas d'obligation de traduire des émissions en langue des signes française à la télévision. Pourtant, Il n'y a pas de nécessité d'adaptation du contenu ou de contraintes techniques particulières si ce n'est la réorganisation de l'image du fait de l'incrustation de l'interprète. Avec le principe d'écran partagé, le téléspectateur peut suivre en même temps le programme et sa traduction simultanée en LSF. Dans son "Bilan de l'accessibilité des programmes pour les personnes sourdes ou malentendantes pour l'année 2008", le CSA [Conseil supérieur de l'audiovisuel] remarque cependant que "les intervenants qui réalisent la traduction en langue des signes à l'antenne ont une rémunération d'environ 285 € HT de l'heure". Le principal frein est donc financier ! Concernant les chaînes de la TNT s'adressant aux enfants de 3 à 6 ans, l'obligation de sous-titrage est remplacée par l'obligation de diffuser une émission hebdomadaire d'apprentissage de la langue des signes et une émission de la grille habituelle des programmes en LSF. Pour mémoire, le premier "journal hebdomadaire des Sourds et des Malentendants" fut diffusé sur Antenne 2 en 1977. C'est également Antenne 2 qui proposa en 1979, la première émission pour la jeunesse entièrement en LSF, Mes mains ont la parole, diffusée dans Récré A2.

Journaux télévisés quotidiens traduits en LSF :

Journaux télévisés francophones quotidiens traduits en langue des signes :

Émissions traduites / ou en LSF :

Émissions francophones traduites / ou en langue des signes :

Émissions pour la jeunesse en LSF :

Émissions francophones pour la jeunesse traduites / ou en langue des signes :

La publicité en LSF :

La publicité télévisuelle n'est pas accessible par le biais de la LSF en France, lorsqu'elle l'est, elle participe alors de la stratégie créative des agences publicitaires et n'a pas comme but premier de s'adresser aux personnes s'exprimant dans cette langue. D'où la rareté de ces spots, le premier datant de 1997.

[Retour à la page précédenteretour] [Aide à la navigation - Vers le haut de cette page]